preview duel Golovkin-Jacobs

POURQUOI JACOBS A PERDU – retour sur le duel Golovkin-Jacobs

Lorsque Marvelous Marvin Hagler a perdu son combat de championnat du monde des poids moyens par décision partagée contre Sugar Ray Leonard le 6 avril 1987, Hagler, dégoûté par la décision des juges, a abruptement mis un terme à sa carrière. Selon les dires, Hagler n'aurait plus jamais remis une paire de gants de boxe de sa vie. Il avait 33 ans. Samedi 18 mars 2017, au Madison Square Garden à New York, a eu lieu le tant attendu duel Golovkin-Jacobs entre le champion unifié WBC-WBA-IBF-IBO des poids moyens Gennady «GGG» Golovkin, et le challengeur Daniel «Miracle Man» Jacobs.

Contexte préambulaire duel Golovkin-Jacobs : penser en dehors du ring

Effet de Primauté versus effet de Récence

Lorsqu’un athlète qui a connu une carrière exceptionnelle est retraité depuis un certain temps déjà, la nostalgie que nous éprouvons pour cet athlète fait en sorte que nous avons tendance à oublier, ou du moins minimiser, les accomplissements des athlètes ayant succédés à l’athlète retraité. Ceci est on ne peut plus vrai lorsque ces successeurs sont doués, mais pas aussi talentueux que l’athlète d’antan. On appelle ceci l’effet de primauté. En contrepartie, Lorsqu’un athlète connait récemment des ratés, pour ne pas dire des déboires, et lorsque ce dernier continue de commettre frasques après frasques, bourdes par-dessus bourdes, le public, outré, ou du moins déçu, a tendance à se concentrer sur les derniers agissements de cet athlète et ainsi à oublier, ou du moins minimiser, les meilleurs moments que ce dernier a connus dans le passé. Le Canadien est un exemple classique l’équipe en perd 3 de suite, on parle d’échanger l’équipe au grand complet, mais du moment que le CH réussi à en coller 3 de suite, on parle de coupe Stanley. On appelle ceci l’effet de récence. Durant un combat de boxe, l’effet de récence tend à supplémenter l’effet de primauté. La mémoire est après tout une faculté qui oublie! D’ailleurs, l’effet de récence est si important, et si fort, que certains boxeurs en sont même venus à en faire une stratégie en soi. Souvenez-vous ce que Stéphan Larouche avait dit au sujet de Jean Pascal en prévision du combat opposant Pascal au poulain de l’époque de Larouche, Lucian Bute. Larouche avait notamment accusé Pascal d’être un «voleur de rounds», en référence au manque de constance de Pascal au niveau énergique, et surtout, au fait que Pascal travaillait surtout en fin de ronde afin de finir en force et surtout, dans le but de faire bonne impression aux yeux des juges.

Les critères des juges

Lorsque vous regardez un combat de boxe, il faut toujours que vous gardiez en tête les 4 critères sur lesquels les juges se basent lorsqu’ils évaluent deux pugilistes qui s’affrontent. Ces critères sont les suivants : les «coups francs» ( clean punching), c’est-à-dire les coups ayant atteint la cible de façon claire, nette et précise; «l’agressivité efficace» (effective aggressiveness); c’est-à-dire la capacité d’un boxeur à non seulement mettre de la pression sur son rival en le pourchassant sans relâche, mais surtout à faire en sorte qu’il puisse placer ses coups avec succès sans perdre au change; le contrôle du ring (ring generalship), c’est-à-dire la capacité d’un boxeur à forcer son adversaire à combattre selon les termes qu’il aura dictés (rythme, style etc.); et enfin, la défensive. Pour plus d’informations à ce sujet, je vous encourage fortement à lire l’article de Rénald Boisvert intitulé : « Fans! À vos feuilles de pointage!».

La coqueluche des poids moyens

S’il y a une chose sur laquelle les sportifs de salon et les experts s’entendent à merveille dans la boxe, c’est le côté spectaculaire des KO. Depuis que l’Amérique du Nord a découvert Gennady Guennadievitch Golovkin, nous avons été très gâtés à ce sujet (spectacularité des KO). Avant le combat de samedi dernier, Golovkin présentait une feuille de route nous seulement parfaite, mais terrifiante à fois : 36 victoires, aucune défaite, un pourcentage de KO bien au-delà de 90% et 23 KO consécutifs. Ayoye! Après avoir terrassé tous ses adversaires sur son passage, Golovkin, sans surprise, est rapidement devenu la tête d’affiche, l’enfant chéri, la coqueluche de la catégorie des poids moyens.

Le poids de Jacobs

Le fait que Daniel Jacobs se soit présenté plus lourd que Golovkin était une très bonne stratégie. D’ailleurs, Jacobs n’a pas participé à la pesée obligatoire du samedi matin mandaté par l’IBF (International Boxing Federation). De surcroît, advenant une victoire de Jacobs, Golovkin aurait tout de même conservé son titre IBF. Dénouement purement accidentel ou stratégie délibérée de la parT du clan Jacobs? Dur à dire. Mais si j’avais un «ti deux» à gager, je dirais que le clan Jacobs avait prémédité le coup. Dès le départ, il était clair que l’équipe de Jacobs voulait que leur protégé se présente plus lourd que le champion en titre. Les détracteurs de Golovkin l’ont d’ailleurs souvent accusé d’avoir fait face, à quelques exceptions près (Macklin, Lemieux, Stevens, Brook), à des adversaires timides et sans puissance. Il était donc impératif pour l’équipe Jacobs que leur poulain ait l’air plus fort et plus imposant que le champion kazakh afin de créer un avantage psychologique chez Jacobs. Donc, advenant une victoire de Jacobs, ce dernier aurait été privé de la ceinture IBF. Et après? Quand bien même que les ceintures seraient provenues d’une boîte de Cracker Jack, Fruit Loops, Frosted Flakes ou d’un œuf au chocolat Kinder Surprise, le fait, à lui seul, d’être devenu le premier boxeur à vaincre le redoutable Golovkin aurait catapulté Jacobs au firmament. Mais faut bien-il commencer par trouver un moyen de battre le dangereux Kazakhe. Selon moi, c’est que le clan Jacobs a donc voulu maximiser toutes ses chances de l’emporter, quitte à sacrifier une ceinture. Je dis ceci, car il ne faut pas oublier une chose : faire le poids en boxe professionnelle est devenue, dans les dernières années, un art en soi; un art qui n’est vraiment pas donné à tout le monde. Vous n’avez qu’à poser la question à David Lemieux. Un boxeur qui tarde à bien se réhydrater, risque de se présenter le soir du combat faible, amorphe et sans énergie; jamais une bonne chose lorsqu’on s’apprête à affronter un mec qui frappe comme le train de minuit.

Duel Golovkin-Jacobs: le combat

duel Golovkin-Jacobs
crédit: boxingchannel.tv

Duel Golovkin-Jacobs: début modeste, «un knockdown», et un réveil à la André Ward

Les présentations ont été faites, Michael Buffer a crié son épique : « Let’s get ready to rumble!», place maintenant au combat. La première moitié de l’affrontement a ressemblé drôlement à celui opposant Sergey Kovalev à Andre Ward en novembre dernier. Tout comme Ward, Jacobs a eu un début quelque peu timide et cherchait ses repères, tandis que Golovkin, fidèle à ses habitudes, le pourchassait sans relâche et plaçait de bons coups. Même si Golovkin avait le dessus, on sentait néanmoins que sa soirée de travail n’allait pas être aussi facile qu’à l’accoutumée. Et puis soudainement au quatrième engagement, le moment fatidique est survenu: bang! Golovkin a envoyé son homme au plancher avec une bonne main droite. Étonnamment, Jacobs s’est relevé rapidement. Toutefois, similaire au «knockdown» que Ward avait subi au deuxième engagement gracieuseté du «Krusher», la fin a rapidement semblé inévitable pour Jacobs : un Golovkin confiant a tenté par tous les moyens possible d’achever sa proie, l’atteignant avec plusieurs coups foudroyants. Cependant, Jacobs a non seulement réussi tenir le coup, mais il a commencé par la suite à se réveiller peu à peu et à répondre de plus en plus à Golovkin.

Duel Golovkin-Jacobs: une fausse «fausse patte» et de la chair à canon

Je lis présentement Principles of War de Carl von Clausewitz. Dans son ouvrage, Clausewitz mentionne que le meneur d’hommes faisant preuve d’audace saura guider son armée à la victoire. Je suis personnellement d’accord avec cette affirmation, car si l’histoire a su nous enseigner quelque chose, c’est que ceux et celles ayant su faire preuve d’audace ont souvent écrit ou réécrit eux-mêmes l’histoire. Hier soir, Jacobs a voulu faire preuve d’audace afin d’écrire sa propre page d’histoire. D’une part, il a voulu démontré qu’il n’avait pas peur d’échanger avec le puissant Golovkin, et d’une autre, il a tenté de jouer dans la tête de son adversaire en boxant en «fausse patte». Nous reviendrons sur le premier point, mais grosso modo, les deux décisions se sont avérées mauvaises. À mi-chemin dans le combat, alors que Jacobs commençait lentement mais sûrement à reprendre du poil de la bête et à trouver ses repères, le Brooklynois a soudainement décidé de changer de garde. Cette décision de boxer en «fausse patte» fut tellement mauvaise, qu’outre le «knockdown», les meilleurs moments de Golovkin sont survenus à chaque fois que Jacobs boxait en gaucher. J’ai beaucoup de respect pour les gens audacieux; mais j’en ai beaucoup moins pour les gens entêtés, surtout lorsqu’ils échouent à répétition. Ce fut le cas de Jacobs, qui s’est obstiné pendant plusieurs rondes à vouloir boxer sans succès en «fausse patte». À l’exception du dixième ou onzième engagement, Jacobs a perdu au change à chaque fois, permettant ainsi à Golovkin de le malmener à qui mieux mieux et satisfaisant ainsi, par le fait même, tous les critères d’évaluation des juges outre la défensive. Jacobs commençait pourtant à très bien boxer en orthodoxe et à atteindre plus souvent la cible, inutile de changer quoi que ce soit! Mon père a toujours dit : « on ne change jamais une recette gagnante». S’il s’en était tenu à boxer sur la garde orthodoxe, l’issue du match aurait été différente.

Duel Golovkin-Jacobs: échanger au lieu de Bouger

Entre la 9e et la 10e ronde, l’entraîneur de Daniel Jacobs, Andre Rozier, a dit à son protégé tout haut ce que j’ai pensé tout bas à l’issue du neuvième engagement : « Tu t’compliques la vie pour rien». En plein dans l’mille mon cher Andre. Pendant environ deux minutes et des poussières lors de la neuvième ronde, Jacobs a été dominant. Tout ce qu’il devait faire, c’était d’écouler le temps qui restait en utilisant son jab et son jeu de pied (stick and move) afin de garder Golovkin à distance et le neuvième était dans l’sac. Jacobs a plutôt opté d’échanger avec Golovkin, ce qui était exactement ce que le champion en titre recherchait afin d’espérer renverser la vapeur et finir en force (effet de récence), ce qu’il a réussi à faire aux yeux des juges.

Duel Golovkin-Jacobs: un plan de match pourtant simple

Le plan de match de Daniel Jacobs était pourtant simple : il devait travailler derrière son jab, glissé le direct arrière de temps à autre, aller au corps, garder les combinaisons courtes et simples, travailler en finesse et en vitesse, et utiliser ses déplacements afin de sortir de la ligne d’attaque de Golovkin. Lorsque Jacobs s’en tenait au plan de match, il avait énormément de succès. Il a d’ailleurs fait mal paraître Golovkin a plus d’une reprise. Toutefois, Jacobs a souvent dévié de son plan de match, ce qui lui a coûté le combat en bon de ligne.

Duel Golovkin-Jacobs: la carte cachée : la durabilité du Kazakhe

Depuis que Gennady Golovkin a fait ses débuts professionnels en Amérique du Nord, les occidentaux n’ont eu d’yeux que pour sa monstrueuse puissance. Bien que ce choix de la part des fans soit amplement justifié, j’insiste pour dire que la durabilité de Golovkin, plus que sa puissance, a été l’un des facteurs décisifs ayant mené à sa victoire, et par conséquent, à la défaite de Jacobs. Rappelez-vous du tout premier critère sur lequel les juges se basent pour juger un combat de boxe:« coup francs». On a beau parler de la puissance de Golovkin, mais n’oublions-pas une chose, Jacobs, avait une fiche de 29 KO en 33 sorties avant samedi soir dernier, était lui aussi reconnu comme étant un puissant cogneur. Et pourtant, Golovkin a encaissé le meilleur de ses coups sans jamais broncher. Il fallait même souvent recourir aux reprises vidéo, auxquelles les juges n’ont pas accès, afin de confirmer que Jacobs avait bel et bien atteint l’inébranlable «GGG» de plein fouet. À l’inverse, bien que Jacobs ait fait lui-même preuve d’une durabilité sous-estimée jusqu’alors, personne n’avait besoin de recourir aux reprises vidéo pour confirmer que Jacobs était visiblement plus affecté par l’effet des coups portés par son rival. De surcroît, ceci a eu pour effet de faire mieux paraître Golovkin dans la catégorie des «coups francs».

Duel Golovkin-Jacobs: «Pivot»

La série de mauvaises décisions prises par Daniel Jacobs ainsi que la durabilité surhumaine du champion ont donné lieu à la création de plusieurs rondes dites «pivot»; c’est-à-dire des rondes qui auraient pu aller d’un côté (Golovkin) comme de l’autre (Jacobs). Les septième, huitième, neuvième, et douzième rondes ont toutes été des rondes «pivot», soit un tiers du combat! Souvenez-vous ce que je vous ai dit plus tôt lors du préambule : qui est la coqueluche des poids moyens? Golovkin. Le combat a beau avoir eu lieu qu’à quelques kilomètres du «’hood» à Jacobs, la foule scandait néanmoins le nom du champion et non le sien. C’est une chose d’être le champion; c’en est une autre d’être le favori de la foule. Golovkin avait le luxe d’avoir les deux en dessous de la cravate. Les juges sont des êtres humains; ils sont donc partiaux et corruptibles et peuvent ainsi se faire influencer. Lorsque le challengeur s’avère être également le négligé, il n’y a pas de place pour l’incertitude (ronde «pivot»). Il doit l’emporter de façon claire, nette et sans bavures et de préférence, il doit l’emporter avant la limite afin d’éliminer les juges de l’équation. Bref, c’est simple : le challengeur négligé doit pratiquement arracher le (les) titre(s) des mains du champion.

duel Golovkin-Jacobs
Crédit: news.abs-cbn.com

Conclusion du duel Golovkin-Jacobs

Marvelous Marvin Hagler a beau s’époumoner haut et fort qu’il n’a pas perdu son combat contre Leonard, force est d’admettre qu’il n’en a pas assez fait pour l’emporter. Et il ne l’avouera sans doute jamais, mais au fond de lui, il le sait très bien. À la toute fin de son illustre carrière, Hagler a été victime, en quelque sorte, d’un paradoxe de la prédestination .Après avoir fait match nul contre Vito Antofuermo le 30 novembre 1979, Hagler, qui avait nettement remporté aux yeux de pratiquement tout le monde sauf les juges, s’était juré qu’il ne laisserait plus jamais l’issue de ses combats entre les mains d’une poignée de juges corrompues. D’ailleurs, il avait par la suite lancé à la blague que ses «juges» seraient désormais ses poings, surnommés «K» et «O». Et pourtant, Hagler a tout fait pour permettre aux juges de sceller l’issue de son combat contre Leonard (et de sa carrière) avec une décision qui aura pour toujours un goût amer dans sa bouche. Au lieu de pourchasser Leonard et de tenter par tous les moyens de le sortir le plus tôt possible comme il l’avait fait avec brio contre Tommy Hearns deux ans plus tôt, étonnement, Hagler s’est retenu pendant une bonne partie du combat, se contentant plutôt d’en faire juste assez pour rester dans l’coup. Pendant ce temps, Leonard, l’enfant chéri de la foule, empilait de précieux points et plus le match avançait, plus les gens n’avaient de yeux que pour Leonard. Hagler devait donc certainement savoir dans son for intérieur que ce combat ne pouvait se rendre à la limite, lui qui avait combattu dans l’ombre de Leonard tout au long de sa carrière, au sens propre, comme au sens figuré. Pour rajouter insulte à l’injure, Leonard sortait de retraite après 5 d’inactivité pour défier directement le champion en titre! Un exploit remarquable que nous ne reverrons vraisemblablement pas de sitôt. Daniel Jacobs, pour sa part, a bien fait dans l’ensemble. Il n’a aucune raison de rougir de sa défaite et peut même rentrer chez lui la tête haute. Il a notamment le mérite d’avoir offert de loin la meilleure opposition à «GGG», de s’en être sorti à la verticale, et d’avoir démystifié le deuxième ex-Soviet en moins de 6 mois après Sergey kovalev. Toutefois, son non-respect du plan de match établi par son entraîneur, ainsi que sa prise de mauvaises décisions (boxer gaucher, échanger avec Golovkin) lui ont coûté la victoire. Par conséquent, ceci a créé plusieurs rondes «pivot». Ces rondes «pivot» ont été concédées dans l’ensemble au champion en titre et au favori de la foule. Pas pour rien qu’on parle de la foule partisane comme étant «le septième joueur» au hockey. Dommage pour Jacobs, car la victoire n’était absolument pas hors de portée. En visionnant son combat, Jacobs va sûrement se «face-palmer» à quelques reprises, surtout en constatant le nombre de rondes qu’il aurait pu (et dû) gagner. Car soyons francs un instant : Golovkin a été très moyen samedi dernier. Il a eu de bons moments, en a fait assez pour l’emporter, l’efficacité de son jab a supplanté celle de Jacobs, mais sans plus. Lorsque Jacobs boxait en orthodoxe, travaillait derrière son jab, et bougeait, Golovkin avait du mal à l’approcher. Golovkin a même mal paru à plus d’une reprise; mangeait plusieurs bons coups en «pleine gueule», et ratant ainsi plusieurs des siens. Par surcroît, nous n’avons pas vu le «tombeur», le «prédateur», le «destructeur» de la catégorie des poids moyens auquel nous avions été habitués jusqu’ici. Jacobs mérite-t-il une revanche? Absolument. Le clan «GGG» lui accordera-t-il? Pas certain. Avec les ajustements nécessaires, Jacobs pourrait bel et bien l’emporter. Et «Ginger Spice» dans tout ça? Saul «Canelo» Alvarez et son inséparable prometteur Oscar De la Hoya (ainsi que Bernard Hopkins) devaient très certainement rire dans leurs barbes à l’issue du combat. Ceci étant dit, Alvarez n’a pas le style pour troubler Golovkin et je crois toujours que si un combat entre Alvarez et Golovkin devait avoir lieu d’ici deux ans, Golovkin l’emporterait.

Mais bon, qui vivra, verra.


Simon Traversy

Simon a un intérêt marqué pour les différents arts martiaux et les sports de combats. Après en avoir exploré plusieurs, il est désormais instructeur de Keysi. Il s’entraîne également régulièrement en musculation et à la course. Il est présentement agent de sécurité et termine son…

En savoir plus